Légendes du Street Art III

Légendes du Street Art III
Chaque semaine, HIYA Gallery revient sur l'histoire de l'art et plus précisément sur l’histoire du street art et de ses mouvements associés. Nous essayons de mettre en lumière les pionniers de ce mouvement devenus des légendes, les œuvres mythiques qui ont laissé leur empreinte dans l'histoire du street art, ainsi que des événements culturels importants concernant le développement du street art et du graffiti, comme des livres rares ou cultes, des expositions faisant référence dans l’histoire du mouvement, des films et autres événements.
Nous pensons que pour comprendre et ressentir l’art de notre époque, nous devons constamment apprendre d’où il vient et quelles sont ses racines. C’est pourquoi, parallèlement à la représentation et la promotion d’artistes, nous souhaitons partager avec vous des connaissances sur l’histoire du street art.

Kenny Scharf



La série des légendes du street art de HIYA Gallery vous présente Kenny Scharf (1958), un peintre américain et street artiste emblématique.

Scharf faisait partie du mouvement East Village Art des années 1980, aux côtés de ses amis et collègues street artistes Jean-Michel Basquiat et Keith Haring, gagnant en notoriété et en renommée grâce à ses inimitables graffitis.

Ses œuvres présentent régulièrement des extraterrestres stylisés et des icônes de la culture populaire dans des motifs pavés et colorés. Bien que les images aux couleurs vives de Scharf soient généralement ludiques, il a remarqué que des thèmes plus sombres existent sous la surface de ses œuvres, visibles en y regardant de plus près.

Dans le cadre de sa pratique de street artiste, son objectif a été de faire entrer l'art dans la vie quotidienne. Et en effet, nombre de ses fresques continuent d’inspirer les passants, et certaines peuvent encore être trouvées dans les rues de New York.

 

O'clock

La série des légendes du street art de HIYA Gallery vous présente O'clock (1976), graffeur parisien et membre du célèbre crew 156 Allstarz.

O’clock est souvent considéré comme l'un des tagueurs les plus productifs et les plus inventifs de l'histoire du graffiti parisien. Il découvre le graffiti à la fin des années 80 et commence à taguer sous le blaze de O’clock en 1995 à Paris et sa banlieue. Pluridisciplinaire, il pose sa signature avec tous les moyens et sur tous les supports classiques possibles : murs des rues, métros, trains, camions, tunnels, toits, autoroutes, etc.

Il définit son style comme « assez classique et lisible, avec une grosse part d'improvisation et de renouvellement en fonction de mon humeur, du support et du lieu. J'aime improviser, faire confiance à mon instinct. Ressentir l'ambiance, évaluer l'urgence de la situation et y adapter les idées qui me passent par la tête. Bien sûr, j'ai des « classiques », mais je préfère ne pas répéter trop longtemps ou trop souvent le même tag ou la même pièce indéfiniment sinon je me lasse, j'ai besoin de me renouveler, j'aime la surprise, le changement, la nouveauté. Il n'y a pas une mais des recettes qui marchent. »


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés