Veneno

Veneno

Veneno est originaire de Bretagne mais a vécu de nombreuses années dans la ville de Nantes. Elle commence le graffiti en 2006. Cette discipline lui permet de voyager à travers le monde entier.
Elle sera invitée par l’association « Tchapoulines » à donner des ateliers graffitis à des jeunes de milieux défavorisés dans un bidonville au Mexique en 2015. Puis participe à divers festivals en Afrique : Sénégal, au Bénin et Maroc... 

Veneno peint généralement avec très peu de couleurs et très souvent avec uniquement du doré et du noir. Cela lui permet de jouer avec la luminosité naturelle qu'apporte les rayons du soleil lorsqu'ils se reflètent sur ses graffitis et de leur donner ainsi une autre dimension.
Ses crew : NCB , IBS (France) et CNN199 (Belgique).

Son style est facilement reconnaissable grâce à la multitude de détails représentés ainsi que l'utilisation de la technique du "cross-hatching" rappelant l'art de la gravure. Elle consiste à construire son illustration à l'aide de hachures qui vont se croiser afin de produire une demi-teinte et de lui donner ainsi une profondeur ou des volumes. 

Cette artiste pluridisciplinaire débute la gravure sur linoléum et sur bois à son retour du Mexique en 2015. Un pays qui l'inspire énormément et dont elle est tombée amoureuse. Ses gravures s’inspirent de la culture mexicaine et de moments vécus là-bas. Elle représente dans ses gravures : l’univers des gangs mexicains, portraits d’indigènes et fêtes emblématiques qu’elle interprète à sa manière. 

Aujourd'hui elle revient en France après avoir vécu 3 ans à Oaxaca de Juarez dans l'état de Oaxaca au Mexique.
Veneno a travaillé également pendant deux ans avec les détenus de la prison pour homme de Oaxaca et l’atelier se trouvant au coeur de la prison Santa Maria de Ixcotel «Taller Grafica Siqueiros». 

Elle y a donné des cours de gravure et y a élaboré un projet d'exposition.

Le «Proyecto Vándalo» réalisé avec 17 détenus en cinq mois. L’artiste a souhaité combiner ses passions pour le graffiti et la gravure en un seul et même projet. En tout, 80 pièces ont été exposées. Durant 5 mois, Veneno et l’artiste  Cristofer Diaz se sont rendus tous les jeudis dans la prison pour travailler sur ce projet avec les détenus. L'inauguration de l'exposition eu lieu le 08 juin 2019 au sein même de la prison et fût par la suite exposée dans la galerie "Espacio ZAPATA" à Oaxaca de Juarez au Mexique.

Les illustrations de Veneno représentent très souvent des animaux sauvages ou des animaux humanisés dans le milieu du Hip Hop.
Parallèlement au graffiti et à la gravure, Veneno utilise également l'art du crochet pour customiser et créer des objets emblématiques du mouvement Hip-hop qu’elle recouvre entièrement de laine. Elle a ainsi customisé au crochet un ghetto blaster (Radio cassette), une platine vinyle, des chaussures Sneakers, des mixtapes, vinyles, bombes de peinture pour graffiti etc.
Elle créée alors plusieurs séries : « Sweet Vandal », « Sweet Gangsta », « Sweet Hip Hop Music ».
Son concept consiste à détourner des objets Hip Hop ou parfois issus d’un univers violent afin de leur donner un aspect moins brut et de créer un contraste pour les rendre plus girly grâce à cette technique de grand-mère. C’est également une manière de conserver des objets à travers le temps et de les figer dans la laine. Veneno leur donne une seconde vie à sa manière.


Acheter les œuvres d’art de Veneno :